Actus & blog

5 janvier
2016

Compte Rendu du Comité de suivi environnemental du 23 novembre 2015

1) Point d’avancement sur le renouvellement de la concession de Monistrol et des  dossiers d’exécution à déposer (DREAL Auvergne) :

Suite au CODERST du 25 juin 2015, le renouvellement de la concession de Monistrol est effectif depuis le 22 juillet 2015. En même temps, il a été proposé de créer par arrêté préfectoral signé à la même date, un comité de suivi environnemental du réaménagement du barrage de Poutès. Ce comité a un rôle consultatif et constitue un lieu d’échanges et d’information entre les différents acteurs lors des phases importantes de la reconfiguration.

Ce comité aura vocation à être intégré au règlement d’eau dans le cadre des suivis écologiques de la concession à mettre en œuvre, conformément aux articles 21 et 22 du cahier des charges de la concession. Le comité sera donc amené également à suivre les études qui seront réalisées sur la partie Ance du Sud.

Concernant les travaux à venir et compte tenu du planning très tendu la première année, il a été décidé par EDF d’anticiper certaines phases du chantier et notamment le re-profilage des berges. Ces travaux font l’objet d’un premier dossier d’exécution qui a été déposé le 19 octobre 2015 et qui est en cours d’instruction. Le passage en CODERST est programmé en mars 2016 pour un début de travaux en mai 2016.

Enfin le second dossier d’exécution relatif à la déconstruction/reconstruction du barrage de Poutès sera déposé début 2016, pour une période d’instruction de 18 mois et un début de chantier à l’étiage 2017. Ce second dossier aura le même niveau de concertation que le dossier de renouvellement de la concession avec avis de l’autorité environnementale et enquête publique.

  • Question de la Fédération Nature Haute-Loire : quel est le délai d’instruction du second dossier d’exécution et quand doit avoir lieu l’enquête publique ?

Réponse de la DREAL Auvergne : si on réalise un rétroplanning par rapport au début des travaux prévus à l’étiage 2017, la durée d’instruction est de 15 mois. Afin de pouvoir passer en CODERST au plus tard en mai, il faudra que l’enquête publique soit réalisée en décembre 2016.

2) État d’avancement des études techniques relatives au réaménagement de Poutès (EDF) :

EDF présente le phasage des travaux 2016-2019 des 2 dossiers d’exécution en explicitant le calendrier et les options prises sur la décomposition des dossiers qui a pour objectif de réduire les impacts de la vidange en 2017. Ensuite, est présenté dans le cadre de la concertation et de l’information du public, le site du nouveau Poutès (http://www.nouveau-poutes.fr/fr) où l’on peut retrouver toutes les informations sur le projet. A ce sujet, il est prévu de mettre à disposition sur le site la synthèse des dossiers d’exécution des travaux et des outils didactiques. On devrait également y retrouver un onglet dédié au comité de suivi environnemental où l’on pourra retrouver tous les comptes rendus. EDF souhaite également réaliser des réunions d’informations dans les communes concernées par l’impact du projet et souhaite associer à la démarche des membres du comité de suivi environnemental.

Enfin, un groupe d’intégration territoriale va être mis en place sur la base du modèle réalisé pour la vidange de Sarrans (15). Il aura pour objectif de créer une dynamique autour du réaménagement à travers la découverte du territoire, des activités et des animations qui seront mises en place autour du projet.

  • M. le Préfet de la Haute-Loire : souhaite que le groupe de travail relatif à l’intégration territoriale se mette en place dès janvier afin qu’EDF puisse réaliser sa présentation aux personnes ressources du comité de suivi environnemental et les autres acteurs concernés du territoire.

Le SMAT du Haut-Allier : demande que soit associé à cette réunion l’Office Inter-communautaire des gorges de l’Allier.

  • Question de la commune de Monistrol : qui appréhende les travaux de 2016 et 2017, car il y a une zone de baignade sur le territoire communal qui risque d’être impactée. En effet du point de vue sécurité, si la visibilité dans l’eau n’est pas suffisante, la baignade devra être interdite par le Maire.

Réponse du SAGE Haut Allier : qui précise que dans son avis qu’il a fait parvenir à la DREAL sur le dossier d’exécution en cours, il a été demandé pour anticiper au mieux l’impact des travaux sur les activités, d’organiser une rencontre entre les services de l’Agence Régionale de Santé de Haute-Loire en charge de la surveillance de la qualité des eaux de baignade du département, du SMAT du Haut-Allier et d’EDF. La date devrait être fixée début décembre.

  • Question de SOS Loire Vivante : qui demande dans le cadre du développement territorial, si la salle de comptage prévue à la passe à poissons sera visitable par le public, comme à Vichy ?

Réponse d’EDF : ce ne sera pas possible du fait du caractère submersible de la salle de visionnage en cas de crues.

3) Bilan de l’étude de dévalaison 2015 (CNSS) :

L’étude du comportement de dévalaison des smolts pour l’année 2015 a été réalisée à l’aide de capteurs acoustiques. L’objectif sur plusieurs années est bien de comprendre l’impact de la retenue de Poutès sur le trajet des smolts afin de mieux concevoir le futur aménagement. Les smolts sont piégés au tambour à Alleyras et sont déversés (100 individus), après avoir été équipés d’émetteurs à 2,4 km en amont du tambour. Pour le suivi, les 19 hydrophones sont placés à Alleyras (4) ; au barrage de Poutès (7) ; en queue de retenue (4) et dans le tronçon court-circuité (4). Les résultats montrent que 93 % des smolts lâchés passent à Alleyras et en queue de retenue. Ensuite 91 % arrivent au barrage et 60 % se retrouvent dans le tronçon court-circuité . Le parcours moyen dans la retenue est de 9,3 jours avec des extrêmes inférieurs à un jour et supérieurs à 45 jours. Enfin, il est constaté que le pic d’activité se situe du 15 au 30 avril pour la majorité du passage des smolts.

  • Question de l’Association Protectrice du Saumon : demande que pendant la période de travaux, le suivi des smolts soit poursuivi dans le tronçon court-circuité.

Réponses d’EDF et du CNSS : on peut éventuellement utiliser les 2 tambours, un reste qui reste placé à Alleyras et l’autre à Chanteuges. L’autre solution consisterait à connaître s’il y a une seule ou 2 vagues au niveau de Chanteuges ce qui permet d’identifier les poissons retardataires.

4) Questions diverses :

  • Question de la Fédération Nature Haute-Loire : qui revient sur le problème de l’abaissement et de la vidange, car il y a une forte probabilité pour qu’il y ait des eaux boueuses. De même, il est mis en avant l’absence de crues depuis 2008, qui peuvent être catastrophiques pendant la phase de chantier. Enfin FNHL demande, combien de temps il faut pour remplir la retenue.

Réponse d’EDF : qui précise que les eaux ne seront pas boueuses, car il y aura peu de MES (matières en suspension), mais principalement des matières colloïdales extrêmement fines qui teintent l’eau. L’objectif du reprofilage 2016 est bien d’éviter les phénomènes d’érosion régressive qui avaient été constatés lors de la dernière vidange. C’est donc bien une mesure de réduction d’impact de la vidange 2017 qui permettra de limiter le départ de MES. Concernant le remplissage de la retenue, le chantier est en mesure de travailler jusqu’à un débit entrant de 70 m3/s, au-delà c’est la durée et l’intensité du phénomène pluvieux qui auront un impact sur le chantier.

  • Question de LOGRAMI : qui demande si la retenue résiduelle à l’abaissement permettra la sédimentation avec ses 300 m de long. LOGRAMI demande également si EDF compte effectuer une chasse par la vanne de fond afin de dégager l’entonnement.

Réponse d’EDF : la sédimentation est faible au niveau de cette zone et du barrage. Par ailleurs, la vanne de fond est testée chaque année. Elle peut l’être à pleine ouverture si les conditions hydrologiques le permettent, en phase de crue descendante, ce qui permet alors de réaliser une chasse. Si de telles conditions sont rencontrées avant la vidange, EDF procédera à cette manœuvre. Concernant le pouvoir de sédimentation de la retenue, EDF précise qu’il dispose de modèle de décantation pour la sédimentation et que ce paramètre est vérifié dans le dossier dans la limite d’un certain débit entrant. Ce que confirme également le CNSS qui a effectué un rapide calcul.

  • Question de la commune de Saint Préjet d’Allier : quand débuteront les études prévues sur la partie Ance du Sud ?

EDF répond : elles devraient débuter en 2016.

  • M. le Préfet de la Haute-Loire : demande quel est le montant de l’opération ?

EDF répond : il devrait être de l’ordre de 20 millions d’euros.

SOS Loire Vivante : fait remarquer que ce dossier unique en France rencontre du succès également à l’étranger et qu’il est beaucoup observé par le monde associatif.

La commune d’Alleyras : signale que l’accès de la route entre le barrage et Pont d’Alleyras est rétabli et qu’un nouvel éboulement serait malvenu pour la mise en œuvre des travaux.

L’ordre du jour étant épuisé, M. le Préfet de la Haute-Loire note le consensus des acteurs sur ce dossier qui devrait, en plus de l’impact économique sur le secteur, amener du tourisme dans les gorges de l’Allier. Il remercie tous les participants au comité de suivi environnemental et lève la séance.

A réaliser : fixer une date en janvier 2016 pour le groupe de travail relatif à l’intégration territoriale qui sera élargi à des personnes ressources et des acteurs du territoire. EDF pourra se charger de l’invitation et du choix du site au Puy-en-Velay.

Documents à consulter :